Travailler au Japon : le guide pour bien démarrer

Wise

Vous êtes tentés par une aventure professionnelle au pays du soleil levant ? Voici un guide qui vous aidera à faire vos premiers pas.

Étant donné le coût de l’installation et de la vie au Japon, trouver une source d’économies est impératif. Avez-vous pensé au moyen de paiement que vous allez utiliser sur place ?

Avec votre carte bancaire, vous allez avoir des frais énormes sur les retraits et les paiements. Il existe toutefois un moyen de paiement qui permet de faire des opérations à bas prix au Japon et en France : le compte multi-devises de Wise. Il donne accès au taux réel du marché et à une grille tarifaire très intéressante. En plus, les paiements par carte dans une devise que vous possédez sont sans frais.

economisez

Travailler au Japon : de quel visa avez-vous besoin ?

Voici un rapide aperçu des types de visas délivrés aux personnes souhaitant travailler au Japon :

  • Visa de travail : vous en aurez besoin pour exercer une activité rémunérée sur place. Pour l’obtenir, votre « sponsor » doit d’abord demander un CoE (Certificate of Eligibility). Le « sponsor » peut être votre employeur, votre conjoint(e) japonais(e), l’organisateur d’un évènement, une famille d’accueil. SI vous n’avez pas de CoE, adressez-vous directement aux bureaux de l’immigration japonaise afin d’en savoir plus.
  • Visa de transfert intra-entreprises : il permet de travailler dans la filiale japonaise d’une société française. Pour avoir le droit à ce visa, vous devrez avoir travaillé au moins 1 an dans la société mère (en France ou à l’étranger, mais pas au Japon).
  • Visa étudiant : il s’obtient en étant sponsorisé par une école de langue ou une université. Si vous avez une dérogation spéciale du Bureau de l’Immigration, vous pourrez travailler jusqu’à 28 heures par semaine.
  • Visa investisseur/entrepreneur : concerne les personnes qui ouvrent une entreprise ou qui investissent dans une société déjà existante, que ce soit à titre personnel ou pour le compte d’autrui. Pour avoir ce visa, vous devez avoir un bureau au Japon, employer au moins 2 personnes à plein temps résidant dans le pays ou bien investir au moins 5 millions de yens¹.
  • Visa vacances/travail : délivré aux personnes de 18 à 30 ans, sans enfant, qui désirent voyager au Japon tout en exerçant une activité de complément. Ce visa ne peut être obtenu qu’une seule fois.

Comment travailler au Japon ?

Les sites incontournables pour une recherche d’emploi

Voici quelques sites à connaître pour trouver un emploi au Japon :

  • CCIFJ : Chambre de Commerce et d’Industrie Japonaise en France. Dispose d’un portail qui regroupe plusieurs centaines d’entreprises françaises implantées au Japon. Possibilité de candidater directement sur le site.
  • Hellowork : agence pour l’emploi japonaise.
  • KIMI : offres d’emplois et « arubaito » (petits boulots)
  • Freelance France Japon : réseau social qui met en relation des travailleurs indépendants ayant déjà eu une expérience professionnelle au Japon.
  • Portails de recrutement généralistes : Careercross, Daijob, Works Japan, Indeed, Japan Times Job, Japanese Jobs, Bizreach…
  • Sites spécialisés : BeThe1 (luxe, mode, retail), Skill House, Panache, Matchajob (informatique), Japan Desing (Design, Graphisme), 121 Sensei, Get Students (enseignement)

Chercher du travail en agence au Japon

Le Japon dispose de son propre Pôle Emploi : Hello Work. Pour avoir accès aux services, vous devez avoir un passeport et un visa de travail.

Si vous avez besoin d’aide, il suffit de contacter les conseillers. Certains parlent anglais, mais pas tous.

Les agences de recrutement, quant à elles, recherchent avant tout des personnes diplômées qui parlent japonais.

Sachez qu’il est aussi possible de travailler dans un cabinet en tant que consultant si vous avez un profil de commercial. Dans certains cas, la pratique du japonais n’est pas demandée. Ce type de poste permet de se faire un réseau professionnel.

Parmi les principaux cabinets de recrutements présents au Japon et parlant anglais, on retrouve : Enworld, Robert Walters, Michael Page, Hays, ou East West Consulting. Si vous cherchez un emploi dans le secteur de l’IT, du graphisme ou du marketing, renseignez-vous après d’Aquent.

Où trouver du travail au Japon : quelle ville choisir ?

Le Japon est célèbre pour abriter des villes à très forte densité de population. Les 3 plus grosses agglomérations du pays sont Tokyo, Osaka et Yokohama. Elles concentrent l’essentiel des activités qui pourraient vous intéresser.

Parmi les villes de plus de 500 000 habitants attrayantes, il y a Nagoya, Sapporo, Kōbe et Kyōto.

Travailler au Japon dans une entreprise française

De nombreux grands groupes français sont implantés au Japon : Accor Hotel, Air France, Airbus, Andros, Axa, Bic, BNP Paribas, Bouygues, Veritas…

On retrouve aussi de nombreuses petites entreprises : commerce de proximité, cabinet-conseil, centres de langues, écoles…

Il y a deux manières d’intégrer une société française :

  • Sur place via une candidature spontanée ou une offre d’emploi.
  • Détachement à partir de la France : vous partirez avec un visa transfert-entreprise. Pour en bénéficier, vous devez avoir au moins un an d’ancienneté dans l’entreprise.

Attention : si vous ne parlez pas japonais, il y a peu de chances que vous trouviez un poste.

Pourquoi partir travailler au Japon ?

Quel type de travail allez-vous pouvoir trouver ?

Au Japon, il n’y a aucun obstacle au type d’emploi que vous pouvez exercer, pour peu que vous ayez le bon visa.

D’après la CCIJ, les secteurs le plus ouverts au recrutement des étrangers sont : l’informatique, recherche & développement, recrutement en cabinet, enseignement et restauration.

D’une manière générale, pour avoir une chance de pénétrer le marché du travail, vous devrez parler japonais et avoir une expertise dans votre domaine d’activité.

Le temps de trouver un poste définitif, tentez votre chance du côté des « arubaito ». Ce sont des petits boulots qui sont rémunérés à l’heure. Ils sont intéressants en termes de flexibilité, mais n’offrent le droit ni à la couverture maladie ni au visa.

Les avantages et les inconvénients de trouver un emploi au Japon

Travailler et vivre au Japon est un fantastique tremplin pour votre carrière, mais comporte aussi quelques difficultés.

Les avantages :

  • Le meilleur test d’intégration possible : le Japon a une culture du travail totalement éloignée de celle de la France. Avoir une expérience professionnelle réussie dans ce pays montre que vous avez une excellente capacité d’adaptation.
  • Qualité de vie : propreté, esprit d’ouverture et respect de l’autre sont des qualités partagées par la plupart des Japonais. Vous serez totalement dépaysés.
  • Découvrir la gastronomie : au-delà des traditionnels sushis et ramens, les Japonais ont une gastronomie très riche, dont les saveurs et même les ingrédients sont inédits pour un Européen. Ce sera pour vous un voyage à chaque repas.

Les inconvénients :

  • Marché de l’emploi très conservateur : il est très difficile de trouver un emploi pour un étranger si l’on n’a pas un solide réseau.
  • Culture du travail bien plus prégnante qu’en France : il n’est pas rare de travailler entre 50 et 60 heures par semaine. Le Japon fait face à de nombreux cas de Karōshi (mort par dépassement du travail), Karō-jisatsu (suicide sur le lieu de travail).
  • Codes culturels compliqués à cerner : en affaires, les décisions sont prises de manière collégiale et les réflexions prennent du temps. Un Japonais évaluera non seulement votre produit ou service, mais aussi à votre capacité à offrir un service fiable.

Les salaires au Japon

Selon les chiffres de l’OCDE, le salaire annuel moyen au Japon est de 4 402 228 yens (soit 38 617 $). Le salaire minimum annuel est de 1 831 960 yens (14 832 $)².

La grille des salaires varie en fonction de plusieurs facteurs : l’endroit où vous vous trouvez, le type d’emploi exercé et votre expérience.

Au Japon, le taux horaire minimum est de 901 yens par heure (7,3 €). À titre de comparaison, en France, le SMIC horaire est de 10,15 € (1 254 yens).

Travailler au Japon sans diplôme : est-ce possible ?

À moins que vous vouliez créer une entreprise, travailler au Japon sans diplôme sera très compliqué. Vous n’aurez accès qu’à des emplois non qualifiés dans des entreprises où seul le japonais est parlé.

Si vous maîtrisez la langue, vous pouvez tenter votre chance. Dans le cas contraire, vous serez obligé de travailler pour un employeur français ou anglo-saxon. Là encore, sans diplôme ou sans parler japonais, ce sera difficile.

Peut-on travailler au Japon sans parler japonais ?

C’est très compliqué, surtout si vous souhaitez intégrer une entreprise japonaise. Dans la majorité des cas, vous devrez justifier d’une maîtrise de la langue et d’une spécialisation.

Si vous ne parlez pas la langue, essayez de vous tourner vers les entreprises étrangères. Mais sachez que dans les filiales des entreprises françaises par exemple, on retrouve en majorité des Japonais qui parlent anglais. Les étrangers sont peu nombreux.

Créez-vous aussi un solide réseau professionnel : avec le temps, vous aurez accès à des opportunités qui ne sont pas répertoriées dans les annonces d’emploi.

Les conseils pour chercher un emploi au Japon

Mettre votre CV aux normes japonaises

Le CV japonais n’a rien à voir avec le CV français. Il se rédige sur un modèle type de 4 pages que l’on trouve en papeterie. Vous devrez y mettre les informations suivantes : état civil, adresse, études, expériences professionnelles et hobbies. Une photo est obligatoire.

Si vous ne parlez pas japonais, ne faites pas traduire votre CV. Cela créera de fausses attentes chez le recruteur.

Se faire un réseau professionnel

Lorsque l’on est étranger, avoir un réseau professionnel est primordial. Les Japonais basent toute relation professionnelle sur la confiance. Tant que vous n’avez pas leur confiance, vous n’obtiendrez rien.

Vous ne savez pas par où commencer ? Rapprochez-vous de l’AFJ (Association des Français du Japon) et de la CCIJF. Vous y rencontrerez des professionnels et des membres de la société civile.

Mettre en avant vos expériences à l’étranger

La culture du travail au Japon est aux antipodes de ce que l’on trouve en France. Pour qu’un recruteur vous fasse confiance, il faudra lui montrer que vous êtes capables de vous adapter à un environnement culturel différent du vôtre. N’hésitez donc pas à mentionner toutes vos expériences professionnelles à l’étranger.

Travailler au Japon pour un Français : quelle langue faut-il apprendre ?

Le Japonais ! Bien que l’anglais soit pratiqué dans les grandes entreprises, la langue de travail reste le Japonais. Si vous ne le parlez pas, vous aurez du mal à trouver un emploi, même si vous êtes qualifiés dans votre domaine.

Est-ce nécessaire d’avoir un compte local pour vivre et travailler au Japon ?

C’est conseillé d'ouvrir un compte local, mais ce n’est pas strictement nécessaire. Il faut toutefois que votre employeur puisse vous payer sans frais. Sur votre compte français, ce ne sera pas possible.

Pour bénéficier d’un capital de départ une fois au Japon, ouvrez un compte multi-devises avec Wise. Vous pourrez y convertir vos euros au taux réel du marché et ainsi payer en yens sans frais d’opération grâce à votre carte. De plus, vous aurez la possibilité de retirer jusqu’à 200 £ sans commissions additionnelles.

Les autres démarches à suivre après avoir trouvé du travail au Japon

Vous avez décroché votre 1er emploi au Japon ? Bravo ! Maintenant, occupez-vous des démarches administratives suivantes :

  • Logement
  • Téléphone
  • Assurance maladie
  • Transport
  • Où payer ses impôts ?

Sources :

  1. Site Internet CCIFJ PDF travailler au Japon
  2. Site Internet de l'OECDstats
    Vérifiées pour la dernière fois le 24 juillet 2020.

Veuillez consulter les Conditions d'utilisation et la disponibilité du produit pour votre région, ou visitez la page de tarification et des frais de Wise pour obtenir les informations tarifaires les plus récentes.

Cette publication est fournie à des fins d'information générale et ne constitue pas un avis juridique, fiscal ou professionnel de la part de Wise Payments Limited, de ses filiales et de ses sociétés affiliées. Elle n'est pas destinée à remplacer les conseils d'un conseiller financier ou de tout autre professionnel qualifié.

Nous ne faisons aucune déclaration, garantie ou engagement, qu'ils soient exprimés ou implicites, quant à l'exactitude, l'exhaustivité ou l'actualité du contenu de la publication.

L'argent sans frontières

En savoir plus

Astuces, nouveautés et mises à jour pour votre pays